Editorial

La littérature de l'ex-RDA est peu connue en France. On ne peut que le regretter, car malgré le contrôle sévère exercé sur la production littéraire par le gouvernement, elle comporte de grands écrivains et de grandes oeuvres. J'y reviendrai plus en détail un jour.

Pour le moment, je savoure le premier tome d'un énorme roman d'Erwin Strittmatter : "Der Laden" (Le magasin ou La boutique), où l'auteur évoque son enfance (avant-guerre) et la vie de sa famille en Lusace, cette région du sud-est de l'Allemagne de l'est, où cohabitaient - et cohabitent toujours - des Allemands d'origine "germanique" et des Allemands descendants de populations slaves, les Sorabes. Je reviendrai aussi un jour sur les particularités et le statut de cette minorité, qui a conservé en partie sa langue et ses traditions et lutte pour le respect et le maintien d'une certaine identité culturelle.

Toute l'oeuvre de Strittmatter est marquée par son amour pour la nature et le monde rural, mais aussi par une attitude équilibrée à l'égard du "progrès". Elle témoigne également de sa volonté de construire une société plus humaine, une société socialiste. Pour autant, l'auteur ne ménage pas ses critiques à l'égard du système mis en place en RDA. Certains passages de "Der Laden" contiennent une critique implicite - voire, parfois, explicite - de la politique officielle. Dans un autre admirable roman, "Ole Bienkopp" (publié en français sous le titre "Une tête pleine d'abeilles"), Erwin Strittmatter montre comment la bureaucratie et le dogmatisme peuvent entraver les efforts des militants les plus engagés dans la construction d'un monde nouveau, comment ils peuvent même causer la mort des plus sincères et des plus idéalistes.

Heinz W., ce militant de la SED (parti communiste est-allemand), dont je parle dans les notes prises lors de mon séjour de 1969 en RDA, m'a offert ce magnifique roman avec une dédicace. Il y écrit notamment : "Beaucoup d'entre nous sont comme Ole Bienkopp ! Fébriles, enthousiastes et pleins d'ardeur !" La réalité de la RDA a sans doute été loin du rêve d'Ole Bienkopp et de Heinz. Mais faut-il pour autant renoncer à leur rêve ?

Cette interrogation a sans doute été pour beaucoup dans ma décision de créer ce site. Je vous invite à en découvrir les nouveautés en vous reportant à la rubrique "Quoi de neuf ?".

Si vous le visitez pour la première fois, je vous conseille de consulter la page "Présentation", qui vous en expliquera l'objectif et la philosophie.

Bonne visite et à bientôt !

Jacques Omnès
(28 mars 2010)


Anciens éditoriaux
21.03.2010 - 14.03.2010 - 07.03.2010 - 28.02.2010