Editorial

Hier, en Allemagne comme en France, on fêtait le Premier Mai. Mais, si chez nous, la fête du travail se déroule en général plutôt pacifiquement, il n'en est pas de même outre-Rhin, où les affrontements de groupes autonomes avec la police font partie, depuis 1987, de la tradition, notamment à Berlin. Cette année n'aura pas fait exception, même si, selon la police, le 1er Mai berlinois aura été beaucoup plus calme que celui de l'an dernier, qui avait été marqué par une flambée de violence sans équivalent depuis dix ans.

En fait, le 1er Mai allemand se déroule selon un rituel immuable. En général, des troubles éclatent dans certaines villes, notamment à Berlin, dans la nuit précédente. Le jour-même, il y a des rassemblements syndicaux et des tentatives de bloquer des manifestations d'extrême droite. Ainsi, hier, à Berlin, des milliers de manifestants - parmi lesquels le vice-président du Bundestag Wolfgang Thierse (SPD) - ont réussi à bloquer un cortège de 600 néonazis dans le quartier du Prenzlauer Berg. A Rostock, ce sont 600 antifascistes qui se sont opposés à 500 manifestants du parti néonazi NPD. Même cas de figure à Erfurt. A Zwickau, des heurts ont eu lieu avec des partisans du NPD. A Ruhland, dans le Brandebourg des manifestants d'extrême gauche ont bloqué la voie ferrée et ainsi retardé l'arrivée de militants d'extrême droite qui voulaient manifester à Hoyerswerda.

A Berlin, depuis 2003, une fête familiale pacifique ("Myfest") est organisée l'après-midi dans les quartiers de Friedrichshain-Kreuzberg. Mais dès la tombée de la nuit, ce sont les autonomes qui prennent le relai et qui affrontent la police, essentiellement dans le quartier de Kreuzberg. Dans son roman "Die Schattenboxerin" ("La boxeuse d'ombres"), Inka Parei narre de manière saisissante le jeu du chat et de la souris auquel se livrent à cette occasion casseurs et forces de l'ordre. Hier, 7000 policiers venus de plusieurs Länder étaient mobilisés dans la capitale allemande. Des incidents violents ont également éclaté à Hambourg.

Qui a dit que le peuple français était révolutionnaire, prompt à s'enflammer et à monter sur les barricades, alors que les Allemands seraient débonnaires et légalistes jusqu'à la caricature ?

Vous trouverez dans la rubrique "Quoi de neuf ?" des liens vers des pages rendant compte du 1er Mai 2010 en Allemagne et bien d'autres choses encore...

Si vous visitez ce site pour la première fois, je vous conseille de consulter la page "Présentation", qui vous en exposera l'objectif et la philosophie.

Bonne visite et à bientôt !

Jacques Omnès
(2 mai 2010)


Anciens éditoriaux

25.04.2010 - 18.04.2010 - 11.04.2010 - 04.04.2010 - 28.03.2010 - 21.03.2010 - 14.03.2010 - 07.03.2010 - 28.02.2010