Editorial

Le mardi 9 octobre, j'ai suivi en direct sur Internet la visite d'Angela Merkel à Athènes. Spectacle hallucinant. Le centre d'Athènes était en état de siège. Un dispositif policier considérable empêchait les manifestants d'approcher la chancelière allemande. Ce qui a conduit la télévision grecque à faire l'impasse sur les images du convoi officiel circulant dans des rues vidées de leurs habitants. On a pu pourtant avoir une idée du caractère fantomatique du trajet suivi par madame Merkel grâce aux images des abords d'un bâtiment officiel où l'on attendait l'hôte de marque : une rue totalement morte.

Et puis, il y a eu cette scène incongrue, irréelle, de Madame Merkel quittant le bâtiment au bout de quelques minutes en devisant avec le Premier ministre grec. Quelques dizaines de mètres à pied sur le trottoir, toujours dans une rue morte, puis les deux dirigeants politiques ont traversé un jardin paradisiaque, entre une haie d'evzones d'opérette, pour se rendre dans un autre haut-lieu du pouvoir. Propos badins échangés à l'entrée du nouveau bâtiment. Prise de possession par la chancelière d'un canapé confortable.

Et puis, il y a eu cette conférence de presse, où la chancelière allemande a accordé un satisfecit aux dirigeants grecs pour les "efforts" accomplis, mais pour ajouter
aussitôt qu'il fallait aller encore plus loin dans cette voie et donc persévérer dans la politique d'austérité qui détruit l'économie de la Grèce et enfonce son peuple dans la misère.

Pendant ce temps, des milliers de Grecs criaient leur colère contre leur gouvernement, mais aussi contre celle qui apparaît, malheureusement à juste titre, comme coresponsable de leur malheur. Des groupes de jeunes affrontaient la police anti-émeutes. Mais il y a eu aussi ces images terribles de Grecs déguisés en nazis pour accueillir "dignement" la chancelière allemande, de manifestants brûlant des drapeaux à croix gammée, de caricatures d'Angela Merkel en nazie, de miliciens en uniforme marquant le pas d'un air martial et hurlant leur haine de l'Allemagne. Voilà où conduit la politique de Madame Merkel : à la montée de la germanophobie, attisée par ceux qui en arrivent à confondre - par calcul ou non - l'Allemagne et la politique irresponsable de ses dirigeants. N'asssistons-nous pas aux prémices d"une flambée des nationalismes en Europe, qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques en jetant les peuples les uns contre les autres ?

Cette journée restera pour moi le symbole d'un monde où ceux d'en haut sont totalement déconnectés de la vie réelle de ceux d'en bas. D'un monde où les grands écrasent les petits et vont jusqu'à mettre leur vie en danger. Certes, Madame Merkel n'a rien à voir avec le système nazi qui a exterminé froidement, méticuleusement des millions d'êtres humains et l'assimiler à Hitler est une infamie qu'il faut condamner fermenent. Mais qui oserait affirmer que les conséquences de sa politique ne sont pour rien dans la mort de Grecs qui n'arrivent plus à se soigner ou à se nourrir correctement, ou qui perdent tout espoir face à une vie transformée en enfer par une austérité inhumaine ?

Il est urgent pour les dirigeants allemands de changer de politique. Je rêve de voir enfin les rues d'Athènes bondées d'hommes, de femmes et d'enfants brandissant de petits drapeaux allemands en signe de bienvenue...

La page Quoi de neuf ? vous proposera des liens vers des documents en rapport avec la visite d'Angela Merkel à Athènes. Vous y trouverez également plusieurs liens à propos du roman de Christa Wolf, "Stadt der Engel", dont la traduction française vient de sortir au Seuil ("Ville des anges") ... et bien d'autres choses encore.

Je vous souhaite une bonne lecture et vous dis à bientôt...

Jacques Omnès

(21 octobre 2012)

"Mes Allemagnes" signale :
  • L’Allemagne. Les défis de la puissance, Collection Questions internationales n° 54, La Documentation française, 128 pages, 9,80 €

Vous pouvez également suivre à travers mes tweets l'actualité allemande presque au jour le jour.

Si vous visitez ce site pour la première fois, je vous conseille de consulter la page "Présentation", qui vous en exposera l'objectif et la philosophie.

Si vous souhaitez être informé(e) régulièrement des mises à jour de ce site, faites-le moi savoir par un message en cliquant ici.

Anciens éditoriaux
07.10.2012 - 23.09.2012 - 15.09.2012 - 09.09.2012 - 02.09.2012 - 18.08.2012 - 05.08.2012 - 30.07.2012 - 21.07.2012 - 27.06.2012 - 10.06.2012 - 03.06.2012 - 28.05.2012 - 20.05.2012 - 13.05.2012 - 15.04.2012 - 01.04.2012 - 24.03.2012 - 17.03.2012 - 10.03.2012 - 04.03.2012 - 25.02.2012 - 18.02.2012 - 11.02.2012 - 28.01.2012 - 21.01.2012 - 14.01.2012 - 07.01.2012 - 31.12.2011 - 17.12.2011 - 10.12.2011 - 03.12.2011 - 26.11.2011 - 19.11.2011 - 12.11.2011 - 05.11.2011 - 29.10.2011 - 22.10.2011 - 15.10.2011 - 08.10.2011 - 01.10.2011 - 24.09.2011 - 17.09.2011 - 10.09.2011 - 03.09.2011 - 27.08.2011 - 20.08.2011 - 13.08.2011 - 06.08.2011 - 30.07.2011 - 23.07.2011 - 16.07.2011 - 09.07.2011 - 02.07.2011 - 25.06.2011 - 18.06.2011 - 05.08.2010 - 25.07.2010 - 11.07.2010 - 04.07.2010 - 27.06.2010 - 06.06.2010 - 31.05.2010 - 19.05.2010 - 09.05.2010 - 02.05.2010 - 25.04.2010 - 18.04.2010 - 11.04.2010 - 04.04.2010 - 28.03.2010 - 21.03.2010 - 14.03.2010 - 07.03.2010 - 28.02.2010 -